Salt Lake City Mormons, revu (très) en détails

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Détails

Ils sont partis les religieux fondateurs, mais ils ont laissé un beau cadeau à Salt Lake City derrière eux : une équipe de football compétitive !

 

 

« We are gonna play some football babies ! »

Le General Manager des Mormons, l’apprécié vétéran de la bande, ayant un penchant indéniable pour la polygamie nous offre une équipe robuste et équilibrée qui présente tout de même quelques faiblesses alliées à ses puissantes forces.

Une attaque puissante et équilibrée, c’est ce qui attend les opposants des Mormons.  A priori tournée vers la passe au vu du calibre de ses deux WR, A.J. Green (24 ans) et Demaryius Thomas (25 ans). C’est tout simplement à n’en pas douter le plus beau duo de WR de toute la ligue. Jeunes, grands, rapides, ils seront les cibles principales de Ben Roethlisberger mais ne devront pas manquer leur saison car avec un chacun un salaire de 14 M$, les attentes sont aussi élevées que le nombre de zéros dans leur contrat pour les 6 prochaines années. Derrière eux, on retrouvera une escouade composée de Brandon Gibson, Brandon LaFell, Sidney Rice Josh Morgan, et Stedman Bailey, rookie.

 

Le solide QB Big Ben sera là pour mener d’une main de maître cette offense mormone. Derrière lui, les jeunes Jake Locker et Geno Smith pour assurer la transition au poste de remplaçants.

Le jeu de course, attirant mais pas exceptionnel sera mené par Matt Forte en RB#1 et Darren McFadden en #2 qui a la même propension à se blesser que les Mormons en ont à changer de femme. Attention donc, pour pas que ce salaire de 9 M$ ne devienne un cauchemar, et qu’il rompe les espoirs de son dirigeant, au même titre qu’un ligament. Surtout que derrière, ce n’est pas la joie avec seulement Knowshon Moreno et Powell Bilal.

Cette encarte de poésie non violente nous mène vers l’escouade de TE. Non violent, c’est ce qui pourrait caractériser ces trois TE. Pas mauvais, mais pas excellents, voici leur problème. Brandon Pettigrew qui s’annonce a priori en #1 avec derrière lui Fred Davis et Anthony Fasano ou la lutte fera rage entre les deux pour récupérer le poste de #2.

 

Venons-en maintenant à la défense de cette équipe, qui si elle défend aussi bien que les adeptes Mormons défendent les quatre sources de paroles divines, sera, je vous le dis, imprenable l’année prochaine.

Plus sérieusement, l’escouade de Linebakers n’est pas la plus effrayante du pays à mon avis. Certains sont solides à n’en pas douter, comme Sean Weatherspoon, bien que surpayé avec ses 5 millions selon moi. Il aura autour de lui, dans leur probable ordre de titularisation, Stephen Tulloch, Justin Durant, Rey Maulaluga, Craig Robertson, et le rookie Jarvis Jones, prometteur mais qui devra batailler ferme pour obtenir une place dès sa première année. Vous l’aurez compris, 6 joueurs, aucune réelle star à ce poste, une rotation faible, ici n’est pas le point fort de la défense mormone, au contraire.

Devant, sur la ligne des costaux, c’est déjà plus impressionnants. Trois DT, Ndamukong Suh en tête d’affiche, Jurrell Casey qui malgré son statut de vétéran dorénavant dans la ligue n’a pas une place de #2 assurée car le troisième n’est autre que Sheldon Richardson, rookie séletionné au 4.02. Il sera puissant et efficace à n’en pas douter et aura un impact dès cette année.

Les extérieurs seront assurés par deux excellents DE, Calais Campbell et Greg Hardy. Leurs backups seront Kroy Biermann et Ahtyba Rubin. La ligne défensive est donc équilibrée, puissante, mais certainement surpayée.

Enfin, la secondary pour conclure la partie défensive de l’équipe de Salt Lake City. Brandon Flowers et Cary Williams sont les deux CB titulaires de cette escouade, avec derrière eux Antoine Cason, Chris Cook et Captain Munnerlyn. Ca ne brille pas exceptionnellement, mais ce sont des bonnes affaires, car seulement 6 550 000 ont été dépensés pour s’offrir ces 5 CB.

Derrière encore, les safeties, et c’est là que les offenses adverses vont avoir du mal à trouver la faille, car c’est du costaud. Oubliez les petites dépenses et les contrats de pacotille versés aux CB, maintenant, ça ne rigole PLUS ! - Musique stressante et répétitive – Tyvon BRANCH ! Earl THOMAS ! C’est tout. Mais ça suffit. Ces deux S sauront se montrer intraitables s’ils sont à la hauteur de leur réputation mais devront aussi se montrer à la hauteur de leurs salaires qui sont respectivement de 4,5 M$ et 4,2 M$. Derrière, le poste de #3 sera sans doute assuré par le très prometteur Matt Elam, sélectionné au pick 3.02 cette année. Les deux derniers backups en cas de (gros) pépin seront Kendrick Lewis et Rahim Moore. Ca à moins de cachet que les deux titulaires tout de même.

On approche de la fin de cette analyse des rois de la secte avec les special teams : Matt Prater et Connar Barth aux postes de kicker et Brandon Fields et Thomas Morstead aux postes de punter… Qui a dit on s’en fout ?

Quels sont maintenant les joyaux à conserver à prix d’or et quels sont les gros lingots, qui pèsent lourd et pourraient déchirer ce sac qui est le salary cap ?

Les lourdauds qui valent trop cher pour ce qu’ils sont :

- Darren McFadden, 9 millions. Boom or bust. Oui, il est bon il court vite, mais ça, c’est quand il est sur ses deux jambes, et sa saison à plus de 1 000 yards commence à remonter (2010). 14 matches loupés sur les deux dernières saisons, c’est beaucoup, mais s’il tient tous les matches, ce sera un bon RB à plus de 1000 yards à moins de 10 millions.

- Ndamukong Suh, 5 millions. C’est le meilleur DT de la ligue oui, mais 5 millions ! C’est beaucoup beaucoup beaucoup. Surtout que derrière, il y a 2 M pour Casey.

- Campbell (4,2 M) & Hardy (4 M). La paire est excellente certes, mais à quel prix… 8,2 M, ça paraît bien trop pour deux DE. Le cut d’un des deux nous paraîtrait logique avant le début de la saison et consolider ainsi l’escouade de LB.

- Weatherspoon, 5 millions. Il n’a pas été très brillant encore, alors il oui il pourrait exploser cette année. S’il le fait, ce sera justifié ce salaire, autrement, ce sera lourd pour le salary cap.

Et maintenant, les bonnes affaires :

- Anthony Fasano, 500 000. Alors non, il n’aura pas le rendement d’un Graham ou d’un Gronk. Mais c’est un bon TE, il a prouvé sa valeur lors des années précédentes, ce pourrait être intéressant avec un Pettigrew qui loupe quelques matches par saison.

- Chris Cook, 500 000. Le petit va s’affirmer cette année, et il pourrait réaliser une saison digne d’un CB#2 ou 3. A ce prix là, ça ne mange pas de pain.

- Jarvis Jones, pick 3.01 (2 millions). Début de troisième tour, c’était bien le maximum pour ce joueur, qui pourrait réaliser une bonne saison, et si ce n’est pas cette année, tant pis, ce sera l’année prochaine !

Une conclusion ? L’équipe est solide et aux premiers abords, elle paraît même avoir une prestance de champion, mais avec un second coup d’œil, on se rend compte que tout devra très bien se goupiller pour que le vétéran DIdg amène ses protégés au Star Bowl. En effet, quelques faiblesses sont présentes (LB, TE, RB) et il faudrait les combler pour avoir une équipe qui effraie réellement. Mais, notre ami futé a peut-être déjà un tour dans son sac pour y remédier.

 

Pour conclure cet article, un interview rapide de notre mormon préféré, didg, pour parler de son équipe et plus précisément des faiblesses :

- Bonjour didg, votre escouade de LB, à quelques mois de se faire secouer par les RB, a déjà été mise à mal, par mes mots pointus et tranchants qu’avez-vous à dire pour votre/leur défense ? Est-ce le point faible de votre équipe ?

Bonjour Cher Fitzgerald.
Sachez, tout d'abord, que nous restons totalement indifférents aux sarcasmes de nos adversaires. Nous suivons les conseils lorsqu'ils nous sont donnés à bon escient mais nous préférons ne pas réagir à la bêtise de certains Head Coach. S'agissant de notre escouade de linebackers, nous avons entendu qu'elle ne faisait pas rêver. Nous avons failli nous en persuader. Seuls Sean Weatherspoon et Stephen Tulloch semblent montrer un certain intérêt. Et bien, à Salt Lake, nous avons confiance en tous nos joueurs. Justin Durant, Rey Maualuga et Craig Robertson n'auront pas seulement l'envie de jouer à fond pour les Mormons chaque semaine. Ils voudront prouver qu'ils peuvent, aussi bien qu'un Aldon Smith ou Von Miller, faire partie d'un corps d'élite. Par ailleurs, Jarvis Jones, notre rookie placé temporairement dans le Taxi Squad, fera vraisemblablement partie de l'équipe des titulaires à l'issue des 3 premières rencontres de la saison régulière. Enfin, et contrairement à ce qui a été dit dans la page de discussion des Mormons, sachez que l'équipe est actuellement en pleine négociation avec l'agent d'un potentiel joueur qui, nous l'espérons, confirmera son souhait de jouer pour notre franchise dès mardi prochain.
En ce qui concerne les "points faibles" comme vous dites, nous estimerons que tant que nos joueurs ne seront pas écartés des terrains, que ce soit pour blessures ou suspensions, ils joueront dans des escouades plus ou moins fortes.
Nos Quarterbacks, nos Tight-Ends et nos Cornerbacks ne sont peut-être pas très flamboyants, mais ce sont des garçons qui joueront pour faire gagner l'équipe et qui essaieront de la hisser jusqu'aux play-offs. 


Vos trois salaires de vos titulaires de la ligne défensive (si vous jouez en 3-4) Suh, Campbell et Hardy atteignent le montant astronomique de 13,2 M pour ces trois joueurs. Dans une ligue ou le rendement de ces joueurs est moindre, ne pensez-vous pas que vous avez fait une boulette ? Donnez du croustillant, du cut est-il a prévoir ?

Pensez vous que la franchise de Newark qui, pour 11 M$, a recruté JJ Watt un DE qui a inscrit, l'année dernière, un petit peu moins de points (333 pts de mémoire) que le meilleur joueur offensif, Adrian Peterson (349 points), des Oklahoma Choctaws ait fait une boulette ?
Pensez vous que les performances de Calais Campbell (170 points) et Greg Hardy (161 points), payés moins de 10 M$ à eux deux, soient une boulette par rapport aux performances, presque identiques l'année dernière, de Larry Fitzgerald (175 points) et Jordy Nelson (171 points), payés 10 M$ chacun ?
Les enchères sont montées très vite dans les touts premiers tours de la draft des vétérans. Les bons joueurs se payent au prix fort et pour nous les IDP qui font presque autant de points que les cadors de l'offense (payés bien souvent le double) méritent de tels salaires.
Et vous n'aurez pas du croustillant à vous mettre sous la dent aujourd’hui, car nous n'envisageons aucun cut de ces 3 joueurs. Ils ont signé des contrats avec la franchise et nous feront le nécessaire pour qu'ils les mènent à leurs échéances respectives. 

Votre duo de WR, le plus impressionnant de la ligue va vous rapporter des points, c’est sûr mais où vous voyez vous l’année prochaine lorsque le classement de la NSCWest sera décidé ? Le Star Bowl est-il pour vous ?

C'est vrai que nous comptons beaucoup sur AJ Green et Demaryius Thomas dans notre dispositif offensif. Mais écarter Matt Forte et Daren McFadden serait une belle erreur. S'ils arrivent à être épargnés par les blessures, nos deux coureurs titulaires enchaîneront de belles saisons à Salt Lake. 
Pour être honnête avec vous aujourd’hui, il nous est bien difficile de nous situer dans la division West à l’issue de la saison régulière. Nous ne sous-estimons aucun adversaire et nous jouerons toutes nos rencontres avec la même intensité et le même engagement sur le terrain.
Notre objectif est de nous qualifier en play-offs. Nous devons au moins cela à nos fans et aux gens qui nous ont fait confiance en nous permettant d'installer notre franchise à Salt Lake. Une fois en PO, tout pourra arriver et nous espérons qu'il nous arrivera le meilleur. Mais nous sommes conscients que le chemin pour y arriver sera difficile et semé d’embûches.
Notre première étape sera donc de revenir d’Oklahoma avec notre première victoire qui sera importante à nos yeux avant d’affronter les Griffins la semaine suivante.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir